[Lecture] Pandora Hearts, tome 15

16 septembre 2012 § 1 commentaire

Ce jeudi 13 Septembre, est sortit le tome 15 de Pandora Hearts, le célèbre shonen de Jun Mochizuki. La gentille damoiselle que je suis l’a lu rien que pour vous ! (Mais oui c’est çà, on y croit ! x_x). Et je pense bien vous donner mon petit avis sur ce tome riche en émotion  !

 

 

Bon, certains l’auront comprit, je suis une grande fan de Pandora Hearts. Je le suis depuis maintenant deux ans, je l’ai lu, relu, et re-relu, et je guette la moindre actualité sur le web. En tant que fan, c’est tout naturellement que je me le suis procuré, et que je l’ai dévoré.

 

Pourquoi vous faire un billet sur Pandora Hearts maintenant ? Pourquoi ne pas l’avoir fait avant ? Et bien, pour la simple est bonne raison que pour les tomes précédents, je n’en voyais pas forcément la nécessité. L’histoire était tout aussi intéressante, le manga suivait son cours, etc. Mais après avoir relu le tome 15, je me suis rendu compte d’une chose…que ce tome marquait un tournant décisif dans le manga.

C’est à dire ?  Je ne saurais vraiment comment vous l’expliquer. Cela se sent jusqu’au bout des ongles. J’ignore si je saurais mettre des mots sur cela. Mais essayons, pourquoi pas ! Je vous préviens par contre :

 

 

SPOILER 

 

 

 

Dans ce tome, on termine un arc assez important, celui du chasseur de tête. On ne savait pas trop où cela allait nous mener. Pourquoi donc Jun nous embarque-t-elle dans cette triste affaire ? Quel est donc l’intérêt ? On pensait que cette affaire visé Elliot, lorsqu’avec le tome 14, il était soupçonné par Break. Mais encore une fois, l’auteure sait exactement où elle nous emmène. Et pendant que le personnage d’Elliot occupait le devant de la scène, nous n’avons pas su discerner ce qui se préparait en coulisse, ce qui se cachait derrière l’ombre du jeune Nightray : rien d’autre que son frère adoptif, Vincent. Vous vous souvenez sans aucun doute de la triste scène où celui abat de sang froid le père du jeune Philip West (tome 3), qui avait été témoins d’un crime du chasseur de tête. On comprends mieux tout à coup pourquoi Vincent s’est mêlé à cette histoire puisqu’il était le criminel en question ! Jun Mochizuki avait préparé cela depuis le tome 3, c’est assez impressionnant si j’ose dire.

 

Et là encore une fois, ayant les yeux trop fixé sur Elliot, nous ne voyons pas le double facette de son valet, Léo. Ni même le rapprochement qu’il a avec Vincent. Tout se fait petit à petit…Quelques flash back sympathiques sur la rencontre d’Elliot et de Léo, quelques mots jetés par ci par là…Et puis dans ce tome, la révélation : Léo est la réincarnation de Glen Baskerville. Elliot est lié à Humphy Dumphy, la chain qui sert le chef des capes pourpres.

 

Revenons donc à Vincent, je pense que c’est le personnage qui m’a le plus marqué dans ce tome. Oui je sais, Elliot est mort,  Léo est brisé, Oz est impassible, Gilbert, perdu. J’en ai conscience. Mais de ce tome, je pense que c’est Vincent qui m’a le plus surprise. J’ai vu dans ces chapitres une autre facette de lui. J’ai vu un Vincent qui est touché, ému, qui n’est peut pas si odieux que çà au final. J’ai vu un Vincent humain. Il éprouve de la compassion pour Elliot, et son souhait le plus cher est de disparaître pour que Gil ai une vie heureuse. Et pour çà, il est prêt à tout. Et ce que j’ai aimé, c’est qu’il a absolument conscience du fait qu’il soit « odieux ». Dans ce tome on a toute sa pensée et j’ai apprécie cette intimité partagé.

 

Je vais revenir à Elliot une dernière fois avant de parler un peu du reste du tome. Je me suis rendu compte que le personnage d’Elliot était à la fois plus important que ce que l’on pensait, et que dans un sens il l’était moins aussi. Je m’explique. Nous connaissions deux éléments sur Elliot qui pouvait nous amener à croire qu’Elliot était la ré-incarnation de Glen : ses cauchemars, et le morceau de piano Lacie. Puis on nous a amener à croire qu’Elliot était le chasseur de tête. Hors, il était ni l’un ni l’autre (ou pas totalement pour le chasseur de tête). On pourrait donc penser qu’Elliot était le personnage « pretexte ». Mais mieux que cela : il est le personnage qui change la donne.

C’est lui qui « secoue » Oz dans les tomes 6 & 7. C’est lui qui « transforme » Léo. C’est lui aussi qui « éveille » la compassion de Vincent. C’est lui qui fait que. Elliot n’a pas l’importance qu’on lui donnait, mais il en a une tout autre.

Sa mort n’est pas sans raison non plus, elle démontre que tous les personnages de Pandora Hearts ne vont pas obligatoirement s’en sortir. Elle nous rappelle que Oz n’a que peu de temps à vivre, que Vincent a suivit la même voie. Mais aussi que Break est mourant. Et qu’il se peut qu’il ne survive pas non plus à la fin du manga. Oui, Jun Mochizuki n’hésitera pas une seule seconde à donner la mort à ses personnages si l’histoire le veut.

 

 

Un point fort de ce tome -après ces trois grandes révélations- c’est la situation des autres personnages par rapport à çà. Notamment l’affection de Oz et Gilbert. Certes on ne s’attarde que très peu sur eux, mais le minimum en dit déjà beaucoup et vient compléter la personnalité des personnages. Des passages très intéressant, que ca soit la petite discutions (et très rare) entre Sharon et Gilbert ou bien l’instant de complicité entre Oz & Alice.

J’ai été également ravit d’en apprendre plus sur la famille Nightray et notamment sur le duc qui était très discret. Et agréablement surprise de revoir Rufus Barma.

Je n’ai rien à dire pour les dessins qui sont toujours aussi beaux et profonds. Le rythme tient en haleine jusqu’au dernier mots. On n’a pas le temps de s’ennuyer !

Bref. Encore une fois un tome excellent. Alors que le dernier m’avait laissé sur ma fin celui ci atteint toutes mes espérances. On sent vraiment la tournure des événements, on sent la fin se préparer tout doucement.  L’histoire devient de plus en plus sombre. Et un nouvel arc va commencer. Maintenant que l’on connait l’objectif de Vincent, que l’on sait qui est donc la ré-incarnation de Glen Baskerville, on sent d’avance que les éléments se rassemblent autour du fil rouge de l’intrigue et qu’une accélération des événements se prépare . Le puzzle se complète. Il ne manque plus que quelques pièces, les plus importantes certes, mais on commence à discerner quelque chose…

 

Une dernière chose qui m’a l’air assez prometteuse : Il ne reste que Gilbert qui puisse succéder au titre de duc de la famille Nightray, étant donné que le duc lui même et que tout les autres membres de la famille sont morts. Cela peut être très intéressant pour la suite des événements. Maintenant est ce que cela va être exploité, rien n’est moins sûr. Nous verrons bien !

 

 

N’hésitez pas à en parler sur Manga-Fan ! Une section est entièrement dédié à Pandora Hearts ! ;D

 

Publicités

« Afterschool Charisma » s’affirme avec le tome 2 !

17 novembre 2011 § 2 Commentaires

Après la bonne surprise du premier volume d’Afterschool Charisma, le manga de Kumiko Suekane chez Ki-oon, le deuxième tome confirme cette impression. Je dirais même que ce second tome était encore meilleur !

Paradoxalement, il se passe moins d’événements majeurs que dans le premier tome, si ce n’est à la fin du volume avec le début du bal (et encore, ce n’est qu’une introduction de ce qui va suivre dans le prochain tome). Toutefois, j’ai ressenti à la lecture un potentiel de base qui s’est encore étoffé.

Le meilleur exemple est celui de Rockswell, l’administrateur principal du lycée ; il est présenté comme un personnage assez décalé, atypique (surtout vu sa fonction) ; il aime s’amuser, on peut même dire qu’il aime faire le pitre, cependant, il est certain que celui-ci cache beaucoup de choses. Il y a des regards, des remarques qui ne trompent pas. Le lecteur le sent bien, mais ceux qui l’entourent, tout du moins les clones, eux non (Sigmund peut être ?). Derrière son sourire, ses rires, je doute que ça soit un ange au cœur pur. On peut se demander jusqu’à où ses relation vont si on fait le lien entre plusieurs éléments.

D’autres passages peuvent être cités en exemple comme l’histoire avec Sainte Dolly qui se poursuit ; on en apprend plus, on apprend même d’où vient cette idée « sectaire ». Le passage avec le rituel autour de Jeanne était plutôt glauque, je crains le pire pour le prochain tome. Et Amadeus (Mozart) ? Son évolution est plutôt bien réussie. J’ai beaucoup aimé le personnage de Jeanne (d’Arc), bien présentée, j’ai été assez touché par ses interrogations, ses peurs. Sigmund se révèle être encore une fois être au dessus du lot chez les clones. Shiro semble toujours être une sorte d’extraterrestre dans cette académie, les raisons de sa présence sont toujours aussi mystérieuses (puis son dit père est quand même très étrange).

Le tome finit sur une belle surprise… Une révélation sur le nom de la petite fille qui suivait Rockswell (bien marrant le passage « on joue à la marchande ») et on a le droit aussi à l’introduction d’un nouveau personnage qui va sans doute amener à se poser encore plus de questions sur Shiro. Avec en plus la poursuite du gala, l’annonce du simulacre du bûcher, cette organisation Strikers, ça promet beaucoup de choses pour la suite.

Dans ce deuxième tome, l’auteur aura donc réussi à réellement installer et lancer son histoire. Après un premier tome d’introduction avec la grande thématique sur les clones et leur destin, ici, Kumiko Suekane a créé une véritable ambiance, une intrigue réellement accrochante. Il sait ménager le suspens, entretenir l’intérêt de la lecture en plaçant ici et là des éléments très intéressants. Je lui donne 9/10. Afterschool Charisma s’affirme comme un manga très prometteur !!

> Discuter de Afterschool Charisma sur Manga-Fan !

« Pokémon Noir et Blanc », tome 2

7 novembre 2011 § Poster un commentaire

Kurokawa s’est lancé depuis cette année dans l’édition des mangas de Pokémon, après un essai avec Pokémon Zoroark (un oneshot), c’est une nouvelle série qui a commencé chez eux avec Pokémon Noir et Blanc. Le premier tome est sorti le 8 septembre, le second tome est disponible quant à lui depuis le 13 octobre dernier.

C’est avant tout un manga pour Pokéfan. Ceux qui ne connaissent pas les Pokémon, ou ceux qui développent une certaine allergie à cet univers (malheureusement ça existe…), je leur conseille de passer leur chemin.

Comme son titre l’indique, ce manga revisite les jeux Pokémon sorti l’année dernière sur DS, c’est à dire ceux de la cinquième génération : les versions Blanche et Noire. Les personnages en sont issus (exit Sacha, Pikachu et compagnie), de même, nous retrouvons sensiblement les mêmes éléments scénaristiques.

Ce qui est agréable, c’est de découvrir les personnages différemment. Noir, le héros (le garçon qu’on choisit dans les jeux) est ici un dresseur – assez doué – ; fanatique, son seul rêve, c’est de devenir maître Pokémon, et cela, il le crie à tout bout de champ. Blanche, l’héroïne (avec le design de l’héroïne des jeux vidéo), n’est pas une dresseuse quant à elle ; elle s’occupe en fait d’une petite agence de publicité et de court-métrage dont les acteurs sont les Pokémon. Dans le premier tome, les deux personnages ont été amenés à se rencontrer et Noir avait été engagé – plus ou moins volontairement – à devenir l’employé (ainsi que son Gruikui) de Blanche. Nous retrouvons également Tcheren, Bianca, N, la Team Plasma, tout le monde quoi.

Dans ce tome, pour résumer : nous avons les arènes de Ogoesse avec les triplés, mais aussi l’arène de Maillard avec la championne Aloé. La team plasma fait aussi deux apparitions avec les épisodes aux vestiges des rêves (comme dans les jeux quoi) et également à Maillard où ils dérobent un squelette pensant que c’était celui d’un Pokémon légendaire. Nous avons en effet quelques allusions à des Pokémon légendaire, comme l’impressionnant Zekrom, mais aussi une brève apparition de Viridium. Finalement, Noir et Blanche atteignent à la fin du tome la mégalopole de Volucité !

Comme pour le premier tome, la lecture est très agréable ; sans toujours présenter une histoire à couper le souffle, j’ai pris du plaisir à lire chaque chapitre. Les combats sont eux aussi sympathiques ; Noir malgré son coté agaçant se présente comme un dresseur prometteur. J’aime bien Blanche, elle est plus drôle. Très différents, il forme un duo assez attachant. Bianca aura été la plus marrante à suivre ; on peut dire aussi que ses compétences coté combats sont restreintes malgré au final une belle performance à Ogoesse~ Je suis surtout impatient de voir débarquer les Pokémon légendaire ou revoir N.

Pour conclure, c’est un bon second tome, dans la droite ligne que ce que nous avait été présenté dans le premier. Si l’histoire avance bien, on pourrait cependant reprocher au manga quelques passages trop rapides, quelques combats auraient aussi mérité un peu plus de pages – la conclusion du combat contre les triplés, ouais, je reconnais qu’elle était moyenne (à la différence de celle du duel avec Aloé). J’ai beaucoup aimé le petit passage avec Bardane. N’ayant pas encore terminé ma version Blanche sur DS, j’ai été assez intrigué par ces trois espions. Je ne sais pas si ils sont dans le jeu d’ailleurs… Je verrai bien. Bref, j’ai aimé. 8/10.

Pour parler de Pokémon Noir et Blanc sur le forum !!

« March Story », tome 3

14 octobre 2011 § Poster un commentaire

Pour aujourd’hui, je vais m’attarder un peu sur le troisième tome de March Story, sorti cette semaine. Deux Coréens sont aux manoeuvres (mais c’est une publication japonaise), passons rapidement sur Kim Hyung-min pour le scénario, attardons nous sur Yang Kyung-il. Ce dernier est en fait déjà connu chez nous pour un autre manga, et pas le moindre : Le Nouvel Angyo Onshi. Nous retrouvons donc dans March Story le même dessinateur. Et rien que ça, ça mérite d’acheter ce manga !

 

« L’action se déroule en Europe, au XVIIIe siècle. Certains objets ont une vie propre, et aussi magnifiques soient-ils, ils n’en sont pas moins maléfiques. S’ils sont possédés par un humain envieux ou cupide, l’esprit de la chose nommé “Il” s’anime et dévore le cœur de son propriétaire. March est un chasseur de reliques. Il traque ces objets possédés pour sauver les âmes humaines, mais au cours de ses recherches, une étrange voix l’appelle. »

Manga-News

Ce petit manga est édité chez Panini Manga, oui, je sais ce n’est pas super, mais on fera avec. Actuellement, nous en sommes donc au troisième tome. Par contre, désormais, il faudra attendre pas mal de temps avant de voir un nouveau volume sortir chez nous, nous avons déjà rattrapé, en France, le rythme de parution japonais.

Que dire sur ce troisième tome ?

Nous retrouvons les qualités et les défauts des deux précédents. Coté qualité, c’est un régal pour les yeux, c’est super bien dessiné, l’ensemble est détaillé et très propre (mention spéciale pour March en robe !). A coté, chaque chapitre est plutôt intéressant à lire, on continue à suivre les personnages et à apprendre à les connaître comme Jake qui a droit à un chapitre sur son passé. Là, où je vois un défaut, c’est qu’il n’y a pas encore réellement d’histoire. Ce que je veux dire, c’est qu’à coté de toutes ces missions, quêtes, péripéties, il n’y a toujours pas de réel fil rouge. Il est donc assez difficile de gloser sur l’histoire. Seul élément : la dernière page du chapitre 13 où l’on sent que quelque chose va arriver. Ouf. J’espère que ça va vraiment être le cas dans le prochain tome. Le plaisir de la lecture est toujours là, mais j’aimerais juste que l’histoire décolle un peu. Le dernier chapitre quant à lui est plus un bonus, assez drôle, à mes yeux.

Pour l’instant, March Story n’est pas encore un indispensable, mais il y a dans ce manga un fort potentiel. J’espère qu’il va vraiment explosé par la suite. C’est une chouette série à lire, pour les yeux aussi. Quelques personnages sont plutôt attachants, March bien évidemment, j’ai appris à apprécier Jake dans ce tome.

Je donnerai un 8,5/10 à ce tome en note personnelle (et 10/10 pour le dessin) !

Discuter de March Story sur le forum !

« 07-Ghost », tome 5

3 octobre 2011 § Poster un commentaire

07-Ghost, tome 5J’ai découvert 07-Ghost par l’animé diffusé en 2009. Ce fut une série que j’ai vraiment appréciée. De ce fait, dès sa version (originale) manga disponible chez nous, j’étais obligé de me la procurer !

Ce tome 5, disponible depuis le 22 septembre (chez Kazé Manga), possède un intérêt bien plus grand que les tomes précédents, pour une raison essentiel : nous voilà dans l’inédit !

En effet, l’animé se terminait avec l’examen des apprentis-évêques. Nous avons ici également la fin de cet épisode mais également ce qui suite, le début de la quête de Teito pour connaître son passé et celui du royaume de Raggs, de l’inédit donc ! A noter d’ailleurs qu’il y a vraiment très peu de différences entre le manga et son adaptation, si ce n’est une dans la dernière épreuve de passage. Dans la série télé, Ayanami intervient directement – séquence magistrale alors servie par une superbe bande son – ce qui donnait une impression de « boss final » pour clôturer la série, un choix logique pour faire office de conclusion. De ce fait, on peut aisément penser qu’une suite pourrait voir le jour, tout du moins, la porte n’est pas fermée (au contraire de beaucoup d’adaptation qui voit se finir à la fin en HS). J’avoue que ça me plairait bien, même beaucoup !

Pour revenir sur ce cinquième tome. Je l’ai trouvé très bon. Toujours un peu cette impression « mais ça va vite ! », mais le plaisir de la lecture reste. Teito part donc à l’aventure au coté de l’évêque Frau (sachant que c’est mon personnage préféré, j’en suis bien content) toujours fidèle à lui même. Leurs premières péripéties (notamment un petit sauvetage) sont ponctués dans le récit par un humour assez efficace. J’ai bien rigolé avec l’épisode des lettres et des rapports en retard de Frau. Encore une fois Ayanami, ce grand méchant classe et beau gosse, se montre surprenant. Il possède une véritable aura dans ce manga, la seule présence de ce personnage, suivre ses actions, cela donne beaucoup d’intérêt à 07-Ghost.

Coté forme du scénario, nous sommes dans les classiques du shounen. La phase du « tournoi » est passée, ici c’était le test d’aptitude pour évêque. Maintenant, nous allons rentrer dans le vif du sujet, et là, l’histoire se voit ponctuée par différentes étapes qui prennent ici la forme des « God House ». Sept puissantes maisons de l’Empire chez lesquelles Teito devra obtenir à chaque fois un laissez-passer pour avoir une chance d’obtenir les réponses qu’il cherche. Classique, mais efficace, le rythme est jusqu’ici assez bon, de même, je n’ai ressenti aucune forme d’ennui au cours de ma lecture. Donc c’est du tout bon !

Pour conclure, avec 07-Ghost tome 5, on rentre dans le cœur de l’histoire, une histoire maintenant inédite par rapport à l’animé. Donc la suite risque d’être riche en surprises, la première God House est déjà assez surprenante. Des personnages toujours aussi intéressant, notamment Ayanami, l’ensemble étant servis par un style de dessin plutôt sympa et original, les deux mangakas (Yuki Amemiya & Yukino Ichihara) continue de nous présenter une chouette série !

Note personnelle : 9/10

Discuter de 07-Ghost sur Manga-Fan !

Lumière sur…Yotsuba&!

2 octobre 2011 § Poster un commentaire

Restons sur les mangas aux « tranches de vies ». Et cette semaine c’est l’œuvre  de Kiyohiko Azuma qui est mise en avant ! Notons avant tous que le 10ème tome arrivera chez nous le 10 Novembre et qu’une ré-édition des tomes 1 et 2 est en cours !

« Yotsuba est une petite fille adopté de cinq ans. Alors qu’elle emménage en ville avec son père adoptif, celle ci découvre le monde qui l’entoure. Un monde dont elle ignore tout, c’est devant cette naïveté de l’enfance que l’on suit la jeune Yotsuba dans ses périples. Un manga drôle qui nous donne une autre vision de notre quotidien à travers les yeux d’une enfant ! »

L’avis de nos membres :

A mes yeux, c’est une référence dans le domaine de la comédie et des tranches de vie !  La lecture est à chaque fois un sacré moment de bonne humeur ponctué très souvent de bons éclats de rire ! Yotsuba est une petite fille sur-dynamique et qui surprendra à chaque fois son entourage et le lecteur ! Un petit bijou !  Zbal 

 Avec Yotsuba, on découvre le monde à travers deux petits yeux pétillants de curiosité, de naïveté et d’inventivité, et on est toujours surpris et amusé. Une petite pépite comme on aimerait en voir plus souvent, et un véritable coup de cœur. Yotsuba& c’est mon ptit rayon de soleil, un manga qui te met de bonne humeur même quand t’as pas la frite. Ashelia

Yotsuba& est un retour rayonnant à l’enfance qui fait ressurgir tous les bons moments où nous étions dans la même situation. On suit cette petite boule d’énergie infatigable dans toutes ses aventures (ou mésaventures). Une série amusante et chaleureuse où règne la bonne humeur. A chaque fin de tome, on garde le sourire aux lèvres en attendant impatiemment la suite des aventures de cette chipie. Zefiris

  On peut penser que le style de l’auteur est un peu plat (visage rond, pas trop de détail, manque de trame, etc.) Et pourtant, c’est vraiment une perle … Ce manga contient exactement ce qu’il faut, où il faut, pour se faire aimer! Kirika 

Vous voulez en savoir plus ? Rendez-vous sur la fiche de Yotsuba&! sur Manga-Fan ! Et n’oubliez pas : Enjoy Everything~ 

« Bride Stories », le tome 2 !

9 septembre 2011 § 1 commentaire

Autant commencé par ce qui sera la conclusion de mon propos : ce manga me déçoit.

Cette acquisition est pour Ki-oon sans doute une excellente licence. La mangaka, Kaoru Mori, jouit d’une très bonne réputation avec son oeuvre précédente Emma (chez Kurokawa). Je n’ai pas encore eu l’occasion de lire ce dernier manga, c’était donc un peu la raison pour laquelle j’ai essayé Bride Stories, histoire de me faire un avis sur cette mangaka.

Ce tome 2 confirme mon impression après un bon premier tome. Je dis « bon » parce que, oui, c’est un bon manga. Il n’y a déjà pas dire le dessin de Kaoru Mori est juste excellent : le détail apporté à chaque page, la volonté de dessiner avec qualité chaque élément des cultures qu’elle présente, rien que cet élément, ça fait de ce manga un bon titre. Une autre qualité majeure, c’est le fait de présenter une histoire assez inédite, c’est surtout le contexte qui est inédit : prendre pour base de son scénario la vie au XIXe siècle en Asie Centrale, retranscrire la vie dans les villes/villages de l’époque, les relations entre clans et tribus. Chapeau !

Ce qui me gêne dans Bride Stories, c’est Amir. Assez embêtant, c’est l’héroïne principale. Je n’ai pas accroché à son personnage, il ne m’a pas convaincu. Son introduction dans la famille de son nouveau mari (le jeune Karluk) a été trop rapide (surtout qu’elle vient d’un clan semi-nomade aux traditions assez différentes quand même), son adaptation à cette nouvelle vie n’a pas été assez mis en avant. Et désormais, chacun est prêt à mettre sa vie en péril pour la protéger, oh (même s’il est vrai qu’il faut prendre en compte dans ces comportements les intérêts du clan, c’est vrai) !  L’auteure a préféré rapidement passer cette étape, dommage, pour se concentrer sur le conflit qui va opposer sa famille maternelle à sa nouvelle famille. L’affrontement dans la ville dans ce second tome était d’ailleurs je trouve un peu « too much ». Que son oncle et frère veulent la récupérer, l’événement n’a rien provoqué chez moi (pas que je défende l’idée aussi, hein !). En plus, malgré les qualités de Amir, la chasse, le cheval, etc., à coté, elle manque de présence. Elle parle peu, elle se met peu en avant. Son personnage manque d’ampleur.

Karluk. Son très jeune mari, à peine un adolescent (12 ans… Amir a 20 ans), ça reste un gamin, un gamin qui essaye de jouer à l’adulte. Ça ne m’a pas convaincu, encore moins. Je me doutais bien d’ailleurs qu’il essayerait de jouer au chevalier sauveur.

J’ai en comparaison plus aimé la petite Tileke avec le seul chapitre sur les broderies. Ce chapitre était d’ailleurs très intéressant, j’ai bien aimé la façon de présenter cet aspect de leur culture, leur façon de transmettre l’histoire de leurs familles de génération en génération. J’ai bien aimé Pariya, son personnage est assez original (dans un village où tout le monde suit les traditions à la lettre).

Bref, pour conclure, Bride Stories est un bon manga aux qualités indéniables (qui en raviront plus d’un/e). Je lui donne comme note : 7,5/10. Mais du fait du peu d’attache que j’ai envers Amir et Karluk, les personnages centraux de l’histoire, ça ne me donne pas envie de vraiment creuser plus loin… Je doute là que je m’achète la suite (du moins Bride Stories ne fait plus partie de mes priorités).

Où suis-je ?

Catégorie Lectures sur Manga-Fan.